Un de nos clients a eu un accident de la route assez grave.

C’était un motard qui remontait une file, donc il circulait en interfile.

Un véhicule l’a renversé mais les assurances ont considéré que le motard, conducteur, était un conducteur fautif victime, qui impliquait alors l’anéantissement de son droit à réparation.

Le motard, très mécontent et on peut le comprendre, a décidé alors de contacter des cabinets d’avocats, précisons le tout de suite, non spécialisés,  qui lui ont confirmé que sa faute l’empêchait de toucher des indemnités pour les préjudices corporels liés à l’accident de la circulation.

Sa chance, c’est que l’un de ses proches avait déjà été renseigné par le cabinet et lui a alors recommandé chaudement nos services.

Il s’agit bien d’une chance pour lui car nous l’avons rapidement orienté et lui avons certifié que sa faute (circulation interfile) ne constituait pas à notre sens une relation causale certaine avec l’accident et qu’à ce titre, son indemnisation devait être pleine et entière ou à minima réduite un petit peu.

Notre promesse a été tenue, notre client vient de recevoir le solde de son indemnisation, à savoir un peu plus de 460.000,00 euros et nous sommes ravis pour lui, le combat ayant été assez long et ce dernier n’a jamais perdu confiance.

(VOIR LA FICHE : CONDUCTEUR FAUTIF VICTIME ?)

“faire confiance à une seule personne… votre avocat accident de la route” Avocat

RAPPEL :

En effet, l’assureur qui invoquerait une faute du conducteur et qui bien sûr, entendrait exclure ou réduire son droit à indemnisation, devrait impérativement rapporter, conformément à la jurisprudence sur les accidents de la route et la loi Badinter, une double preuves :

° La preuve de l’existence d’une faute

° La preuve que cette faute a eu une influence directe et certaine sur la réalisation de l’accident de la route et sur le préjudice en découlant.

Aussi, cette faute doit forcément avoir eu un rôle causal dans la survenance de l’accident et donc sur l’étendue des préjudices.

En cas de doute, en cas d’incompréhension, en cas de difficultés, n’hésitez pas à consulter un avocat dommage corporel, et ce sans engagement.

CONTACT