Personne en situation de handicap après un accident de la route

Un accident de la route, bouleverse tous ceux qui y sont confrontés. Alors lorsque la victime a de graves séquelles à la suite d’un accident de la route et qu’elle se retrouve handicapée, sa vie est non seulement bouleversée par le drame mais la victime invalide, doit réapprendre à vivre, à réaliser ne serait-ce que les actes du quotidien. Parfois la victime en situation de handicap ne peut plus réapprendre à vivre puisqu’il s’agit d’une nouvelle vie avec ses règles et ses obstacles.

Personne en situation de handicap à cause d’un accident de la route… Confiez la défense de vos intérêts à un professionnel du droit : votre avocat victime.

1ère étape : RESPONSABILITES & INDEMNISATIONS DE LA PERSONNE EN SITUATION DE HANDICAP – Victime handicapée accidentée

Responsabilités & dépôt de plainte :

En notre qualité d’avocat en accident de la route, compte tenu de vos séquelles très importantes (handicap de toutes sortes : traumatisme crânien, paraplégie, tétraplégie, amputation, plexus brachial…) nous ne pouvons que vous conseiller de déposer plainte.

“Attention, certaines associations soucieuses de leurs propres intérêts financiers (quelques associations sont même dirigées par de grands groupes d’assurance) n’hésiteront pas à vous recommander de ne pas déposer plainte afin selon elles, d’aller plus vite…” Avocat accident de la route

Certaines association dites d’aide aux victimes ou même des sociétés commerciales censée aider les victime (voir notre article à ce sujet ?) recommanderont de ne pas déposer plainte pour aller plus vite. Aller plus vite, certes, mais est-ce bien l’objectif, …votre objectif ?

L’intérêt de déposer plainte c’est déjà être partie à part entière et dans ce cadre, pouvoir être informé de l’enquête en cours, de la procédure. Mieux, en déposant plainte, vous demandez en votre qualité de victime, au procureur de déclencher les poursuites et donc une enquête, trop souvent vite clôturée à défaut de plainte.

Il est certain qu’en l’absence de procédure, les responsabilités ne seront pas déterminées et en cas de discussion ultérieure vous n’aurez aucune décision sur laquelle vous pourrez vous fonder. Par ailleurs, en l’absence de contrôle stricte, votre indemnisation en sera alors d’autant réduite tant sur le nombre de facteurs à réparer que le quantum sur chacun des facteurs réparables.

Au contraire, le dépôt de plainte va permettre un accès total à la procédure en votre qualité de victime, de partie civile. Cet accès au dossier n’est pas juste utile, il est nécessaire… Vous pourrez en tout état de cause, renoncer ultérieurement à votre plainte si vous le souhaitiez.

Transmettez-nous dans les meilleurs délais les pièces en votre possession afin que nous puissions analyser et rechercher les responsabilités de chacun, sans engagement de votre part.

Indemnisations intégrale de la personne en situation de handicap :

L’indemnisation est l’objectif final mais à une condition, c’est que cette indemnisation soit INTEGRALE.

Intégrale car si en principe la victime doit se retrouver dans les mêmes circonstances qu’avant l’accident, avec une victime handicapée à vie cela se complique. Comment envisager un instant qu’un assureur qui a un intérêt dans le dossier restera impartial et indemnisera INTEGRALEMENT la personne en situation de handicap, donc une victime, à la suite d’un accident de la route ?

Une assistance par votre avocat spécialisé en réparation des préjudices corporels (désigné par vous même et non par votre assurance ou une pseudo association d’aide aux victimes) permettra le contrôle de toutes les opérations, des chiffres, des évaluations, des préjudices… en toute partialité mais exclusivement pour le compte de la victime handicapée !

Une expertise médicale sera mise en place avec un médecin expert désigné par un juge (et non par votre assurance) ou désigné par votre avocat pour vous accompagner. Ce médecin indépendant rendra alors un rapport d’expertise impartial.

Une expertise financière est même envisageable, lorsque la personne en situation de handicap avait, avant son accident, une activité économique et un patrimoine conséquent.

2ème étape : PROCEDURES & INDEMNISATIONS

Les transactions

Elles peuvent intervenir dès le début (formellement déconseillé) et tout au long de la procédure.

Cependant, en cas de lourds handicaps à la suite d’un accident de la route, nous saurons vous conseiller alors pour obtenir une indemnisation intégrale, en contrôlant chaque point, sans jamais céder à la facilité considérant que l’enjeu débattu est celui du bien être de votre vie future.

Il faut savoir que de nombreux préjudices peuvent être indemnisés dont certains sont mêmes très peu connus. La victime handicapée pourra par exemple, au lieu et place d’aménager son logement actuel, faire l’acquisition d’un nouveau logement… et aménager le nouveau logement (voir notre article à ce sujet ?).

Vous resterez néanmoins décisionnaire pour signer ou pas cette transaction.

La procédure judiciaire

Il s’agit d’une procédure encadrée, stricte et rigoureuse où il n’y a pas de place pour l’aléa… C’est la voie du conflit, du désaccord mais tellement utile dans des situations de blocage.

C’est la voie de la contrainte également, lorsque l’assureur refuse d’indemniser un préjudice alors que la victime handicapée doit être indemnisée intégralement (logement adapté, véhicule adapté, logement parental adapté, appareillages…)

Confiez alors la défense de vos intérêts à un professionnel du droit : votre avocat accident de la route.

Ne cédez surtout pas aux tentations, nombreuses, de ces associations qui vous promettent le monde, qui calculent par avance le montant de vos préjudices sans expertise… En effet, ces associations et/ou société commerciales ne sont soumises à aucune déontologie et il est pour le moins surprenant qu’un avocat ait besoin d’une association pour trouver ou rechercher des clients. En réalité, l’avocat qui agit via une association n’engage pas sa responsabilité puisque votre seul correspondant sera Monsieur “x” de telle association (voir notre article à ce sujet ?). Ne soyez pas victime une seconde fois…

3ème étape : HANDICAP & INDEMNISATION

La victime en situation de handicap à la suite d’un accident de la route dispose d’une particularité et pas la moindre : elle a une difficulté supplémentaire vis à vis des autres victimes de la route ayant aussi des préjudices corporels, un handicap à vie.

Un handicap qui va faire la différence avec les autres victimes de la route, un handicap qui va imposer un nouveau mode de vie, de survie même parfois. Des préjudices spécifiques aux victimes handicapées vont alors être déterminés.

Des experts spécialistes vont intervenir (ergothérapeute, architecte, neuropsychiatre …) pour aider à évaluer le préjudice spécifique, toujours sous le contrôle de votre avocat préjudices corporels.

L’ergothérapeute par exemple pourra réaliser un bilan situationnel (voir notre article à ce sujet ?) et ce afin d’évaluer au plus juste le handicap.

Un enfant accidenté et devenu un enfant en situation de handicap à cause d’un traumatisme crânien (voir notre article sur les traumatismes crâniens chez l’enfant ?) n’aura pas forcément les mêmes handicaps qu’un adulte en situation de handicap pour les mêmes causes.

Nous contacter ?
Retour préjudices ?
2019-05-21T14:16:23+01:00
Appel ?