Se faire indemniser après un accident corporel de la route en GRANDE BRETAGNE ?

VICTIME D’UN ACCIDENT DE LA CIRCULATION EN GRANDE BRETAGNE : COMMENT SE FAIRE INDEMNISER ?

“Un Français en Grande bretagne (Angleterre par exemple), Un accident corporel en Grande Bretagne, Un accident de la Route en Grande bretagne, suivez le GuideAvocat dommages corporels

La loi française et la loi britannique sont deux systèmes juridiques qui s’opposent assez radicalement tant en matière de responsabilité qu’en matière d’indemnisation.

Et pour cause, le droit français repose sur une conception codifiée du droit alors que le droit anglais s’est fondé sur le système du Common lawoù l’oralité et la jurisprudence ont une place prépondérante.

“Ces distinctions inhérentes à ces deux pays aux traditions juridiques bien différentes, se retrouvent également en matière d’indemnisation d’un dommage corporel.”

  • Sur le système de responsabilité en Grande Bretagne

En France, la loi la loi du 5 juillet 1985, dite loi Badinter, distingue :

° les victimes non conducteurs, victimes surprotégées, dont la seule faute qui peut être reprochée est la « faute inexcusable» et seulement « si elle a été la cause exclusive de l’accident » ;

° et les victimes conducteurs dont lafaute peut être de nature à réduire ou à exclure leur droit à indemnisation.

Au Royaume-Uni, aucune victime n’étant particulièrement protégée, il sera donc possible d’opposer à une victime non conducteur sa faute et/ou sa négligence.

Alors qu’en France, un piéton qui traverse en dehors d’un passager protégé sera indemnisé intégralement de ses préjudices, en Angleterre, la victime pourra se voir opposer une faute de nature à réduire son droit à indemnisation.

Ce système a été approuvé par le droit européen qui prévoit simplement en la matière que « Les dommages corporels et matériels subis par des piétons, des cyclistes et d’autres usagers de la route non motorisés, qui constituent généralement la « partie faible » dans un accident, devraient être couverts par l’assurance obligatoire du véhicule impliqué dans un accident, lorsqu’ils ont droit à une indemnisation conformément au droit civil national. Cette disposition ne préjuge pas la responsabilité civile ni le niveau d’indemnisation des dommages subis lors d’un accident déterminé conformément à la législation nationale » (Article 16 de la cinquième directive 2005/14/CE du parlement européen et du conseil du 11 mai 2005).

Fondée sur la faute, la responsabilité en droit britannique met donc au cœur de ce système la preuve par la victime de l’absence de faute et/ou de négligence de sa part.

Dans un pays où l’oralité est le maître mot, il est impératif de faire intervenir les forces de l’ordre et de prendre les coordonnées des témoins présents qui pourront être entendus ultérieurement.

En effet, même si le procès-verbal de police a une valeur probatoire relative en droit anglais, il constituera un début de preuve qui sera complété par les témoignages qui constituent en la matière, la « meilleure » forme de preuve.

  • Sur l’indemnisation des dommages corporels en Grande Bretagne

La spécificité du système britannique par rapport au nôtre se retrouve également dans l’indemnisation des dommages corporels.

Au Royaume-Uni, l’évaluation des séquelles ne reposent sur aucun barème médial de référence et les médecins experts anglais ne disposent d’aucune formation spécifique en réparation du dommage corporel.

Il n’existe donc aucune liste exhaustive des préjudices causés par un dommage corporel.

Pour autant, si le principe de réparation intégrale existe et qu’il a pour corollaire l’absence de liste prédéfinie des préjudices qui peuvent être occasionnés par un accident ; en contrepartie, la mitigation (qui signifie l’atténuation) s’applique. Ce principe impose à la victime de ne pas exagérer ses demandes et de limiter son dommage lorsque cela est possible (par exemple : en pratiquant une opération qui pourrait améliorer son état de santé).

Par ailleurs, et de manière assez surprenante alors que le droit anglais semble rejeter toute idée de barème en la matière, le préjudice moral en cas de décès est fixé de manière forfaitaire par deux référentiels dénommés « Kemp and Kemp The Quantum of Damages» et « Butterworths Personal Injury Litigation Service».

A LIRE : SE FAIRE INDEMNISER APRÈS UN ACCIDENT À L’ÉTRANGER ?

Contrairement au droit français, la notion d’aggravation de l’état de santé de la victime n’est pas reconnue au Royaume-Uni. En revanche, le rapport médical peut faire mention d’une possible aggravation de l’état séquellaire. Il faudra donc être particulièrement vigilant à la rédaction du rapport médical sur ce point, afin que l’expert précise les risques d’une telle évolution en pourcentage ainsi qu’un délai prévisible avant l’apparition des séquelles en aggravation. Sur la base d’un tel rapport, il sera alors possible de solliciter une indemnisation pour le futur et correspondant au parcours le plus probable de l’évolution de l’état de santé de la victime.

En revanche en France comme au Royaume-Uni, si l’état de santé de la victime s’améliore postérieurement à son indemnisation, aucune révision de cette dernière ne pourra être sollicitée.

BON A SAVOIR SUR LE CODE DE LA ROUTE BRITANNIQUE :

Comme beaucoup le savent, le sens de circulation de la conduite en Angleterre se fait à gauche.

Autre particularisme, la priorité à droite n’existe pas et il convient de se référer à la signalisation (feux tricolores, …) pour connaître les règles de priorité.

Outre cette spécificité, la vitesse autorisée est elle aussi bien spécifique et exprimée en miles.

Sauf signalisation contraire, les limitations de vitesse pour les véhicules légers hors caravanes sont :

– En agglomération : 30 miles/h (soit 48 km/h)

– Hors agglomération : 60 miles/h (soit 97 km/h)

– Route à chaussées séparées/Autoroute : 70 miles/h (soit 112 km/h)

BONNE ROUTE

LES DÉPARTEMENTS DU CABINET…

accident de voiture, accidents de voitures, accident de camion, conducteur fautif, avocat accidents de voitures, avocat accident de voiture, avocat victime accident de voiture, avocat victime préjudices corporels

ACCIDENT DE  VOITURE

accident de moto, accident de scooter, avocat indemnisation motards, accidents de motos, avocat accidents de motos, avocat accident de moto, avocat victime accident de moto, avocat victime préjudices corporels

ACCIDENT DE  MOTO

accident de piéton, accidents de piétons, piéton renversé, avocat piéton renversé, avocat indemnisation piéton renversé, piéton accidenté coma, avocat piéton coma, avocat piéton blessé, avocat piéton renversé par voiture, avocat défense piéton traumatisme, piéton accidenté traumatisme, piéton traumatisme crânien

ACCIDENT DE  PIÉTON

accident de vélo, accidents de vélos, avocat accident de vélo, avocat cycliste, avocat cycliste renversé, cycliste renversé traumatisme, cycliste renversé traumatisme crânien, indemnisation cycliste renversé, cycliste paraplégique, chute cycliste, indemnisation chute cycliste, procès cycliste renversé

ACCIDENT DE  VÉLO

victimes accident collectif, victimes accidents collectifs, avocat accident collectif, avocat spécialiste accident collectif, avocat spécialisé accident collectif, avocat indemnisation victimes accident collectif, expert accident collectif

ACCIDENT COLLECTIF

accident de trottinette, accident segway, accident seaways, avocat accident segways, avocat accident segwiste, avocat accident gyropode, indemnisation victime gyropode, accident segway, accident seaways, avocat accident segways, avocat accident segwiste, avocat accident gyropode, indemnisation victime gyropode, accident de trottinette, avocat accident de trottinette, accident de trottinette, victime trottinette

ACCIDENT DE GYROPODE

2019-07-22T18:49:18+01:00